Ignorance ? Indignité ? Russophilie avérée ? Mercantilisme ?

Selon Philippe de Villiers, la Crimée est russe. C’est ce qu’il a affirmé sur la chaîne C8, dans l’émission de Thierry Ardisson « Les Terriens du samedi ». De ce fait, il a rejoint la meute des tenants de la Crimée « russe ». Cette affirmation ne suffit pas à prouver la véracité du fait. Il est à craindre que Philippe de Villiers ne puisse justifier son assertion par des faits historiques et s’en tienne à une fable convenue.

En revanche, nous ne doutons pas qu’il ne tienne aucun compte du fait que la Russie, en annexant la Crimée, a sciemment violé le droit international. Le fait que la Russie soit membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU est un élément aggravant qui n’œuvre pas en faveur de la respectabilité de cette dernière.

La violation du Mémorandum de Budapest, signé le 5 décembre 1994, est une atteinte à la crédibilité du Conseil permanent de l’ONU et à celle de la non prolifération de l’armement nucléaire. En signant ce traité, l’Ukraine acceptait de se défaire de son énorme stock d’armes nucléaires et adhérait au traité de non prolifération des armes nucléaires contre la garantie de son intégrité territoriale. Les cinq autres signataires, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Russie, États-Unis, Royaume-Uni, France et Chine), devaient garantir la sécurité, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

L’ONU n’a pas reconnu l’annexion de la Crimée par la Russie et considère que celle-ci est toujours un territoire ukrainien. Suite à cette agression illégale, l’Union européenne – dont la France – a décrété des sanctions économiques à l’encontre de la Russie.

Les agressions de la Russie à l’égard de ses voisins et les manœuvres déstabilisantes qu’elle orchestre n’en font pas un État « ordinaire » qui peut être traité de la même façon que les autres.

Il est parfaitement inacceptable que Philippe de Villiers se plaigne d’avoir été empêché de construire un « Puy du fou » en Crimée… à moins qu’il ne souhaite cautionner les exactions de Vladimir Poutine ?

Message de la Coordination EUROPE UNIE

 

***

France

Estonie

Géorgie

Lituanie

Lettonie

Moldavie

Pologne

Roumanie

Ukraine

COORDINATION EUROPE UNIE

Invitation conférence de presse vendredi 9 novembre à 15 h 30

Au Café du Pont Neuf – 1er étage – 14 Quai du Louvre 75011 PARIS

 

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918 : message des Européens de l’Est et du Nord pour une Europe libre et indépendante

Europe Unie est un réseau de réseaux : l’association réunit les animateurs d’associations, d’amitiés et de ressortissants de différentes origines : Français, Géorgiens, Roumains, Moldaves, Ukrainiens, Lituaniens, Lettons, Estoniens, Polonais et aussi Russes démocrates.

Coordination Europe Unie a pour objectif de défendre la liberté et de lutter contre toute forme de totalitarisme, d’expansionnisme ou d’ingérence et contre toute tentation de rétablissement des « zones d’influences ».

Déclaration

A l’occasion des commémorations du 11 novembre 1918 :
message des Européens de l’Est et du Nord pour une Europe libre et indépendante

Cette année, la plupart de nos pays célèbrent les 100 ans de la restauration de leur indépendance.

Nos pays ont vécu un siècle perturbé par des périodes d’occupation, de déportations, de famines organisées… Nombre d’entre eux ont recouvré leur indépendance au début des années 1990. Certains vivent, aujourd’hui encore, des moments difficiles : occupation et annexion de la Crimée ukrainienne, soutien armé aux « rebelles » de l’Est ukrainien dans un conflit russo-ukrainien qui a déjà fait plus de 10 000 morts à moins de 3 heures d’avion de Paris, occupation de 20 % du territoire de la Géorgie et de la République de Moldavie.

C’est l’Europe tout entière qui est concernée. Les menaces s’inscrivent dans une stratégie d’hostilité générale : violations incessantes de l’espace aérien européen, non seulement balte et scandinave, mais aussi français, avec plusieurs incursions en Bretagne ou dans le Golfe de Gascogne.  Que nous le voulions ou non, une réelle guerre hybride, aux multiples facettes, est engagée : « cyber- attaques », désinformation de masse, ou encore financement de partis politiques. C’est l’Europe tout entière que le Kremlin cherche à déstabiliser : notre mode de vie et de pensée, nos institutions démocratiques, notre fragile unité, et notre Liberté.

C’est pourquoi Europe Unie, forte de l’expérience de chacun de ses membres, lance un appel à la solidarité pour construire un avenir dans une Europe, libre et en paix.  Les différentes associations organisent cette année une série d’événements culturels, conférences historiques et géopolitiques pour sensibiliser les publics européens. La liberté, la démocratie et l’indépendance ne sont jamais acquises de façon inconditionnelle et définitive. Leur défense doit faire l’objet d’une veille active permanente. Elle ne saurait faire l’objet de tractations et de calculs. La Liberté des uns ne peut se faire sur le compte des autres.

Europe Unie

tiendra une conférence de presse le 9 novembre à 15 h 30 au café du Pont Neuf
14 Quai du Louvre, 75001 Paris

participera à la manifestation qui se tiendra le 10 novembre à partir de 18 h place de la République à Paris.

Ukrinform.fr : Sentsov a demandé à ce que soit publié son testament

Oleh Sentsov, le cinéaste ukrainien emprisonné en Russie, a demandé de publier son testament (Ukrinform).

Sa lettre a été transmise à Hromadske par Natalia Kaplan, la sœur du cinéaste.

En particulier, dans une lettre datée du 7 septembre 2018, Sentsov a légué l’adaptation de son travail à la réalisatrice Yevheniya Vradiy. Il a également désigné comme héritiers ses enfants, Alina et Vladislav.

« Moi, Sentsov Oleg Genadievitch, étant sain d’esprit et en pleine conscience, j’ai délégué, en cas de décès, l’adaptation cinématographique de mes scénarios, à savoir « Le rhinocéros », « Kai », et les textes que j’ai écrit en captivité « Le monde glamour », « Crows » et « Christie », à mon amie et deuxième réalisateur, Yevheniya Vradiy, en tant que réalisatrice. En cas de refus, elle a le droit de choisir à qui transmettre ces adaptations, ainsi que de choisir la société productrice de ces films. En tant que successeurs, héritiers et bénéficiaires de mes honoraires après mon décès, je nomme mes enfants : Sentsova Alina et Sentsov Vladislav. Le testament a été fait dans la prison « IK-8 » à Labytnangui, en présence de mon avocat Dmitriy Dinze », a noté Sentsov.

Blog Libération « Comité Ukraine » : La Hongrie souffle sur les braises en Ukraine de l’ouest

L’Union des Ukrainiens de France attire attention sur la politique expansionniste de la Hongrie vis-à-vis de l’Ukraine. Le gouvernement de Victor Orban, réputé eurosceptique et très proche du Kremlin, multiplie des gestes hostiles aussi bien dans sa politique intérieure que dans les relations internationales. Le 12 septembre, le Parlement européen a voté pour entamer une procédure de sanction contre la Hongrie en réponse aux violations des valeurs et des standards européens. Bien que le Parlement ne compte pas sanctionner la Hongrie pour ses ambitions expansionnistes quant à l’Ukraine, mais surtout pour ses entraves à l’indépendance de la justice et médias ou suite à des menaces sur des personnes qui tenteraient de venir en aide aux migrants, la politique du gouvernement d’Orban reste pour le moins inquiétante. Pour mieux comprendre le sujet, l’Union des Ukrainiens de France propose un billet publié le 9 octobre 2018 sur le blog « Comité Ukraine » de « Libération » :

« La Hongrie souffle sur les braises en Ukraine de l’ouest »

Que cherche le président hongrois Viktor Orban en Transcarpatie ? Son gouvernement n’a de cesse de déstabiliser cette région frontalière de l’ouest de l’Ukraine.

C’est l’incident de trop. Il s’est produit dans la ville ukrainienne de Berehove, à l’ouest de l’Ukraine. Le consul hongrois de cette ville a été filmé en caméra cachée en train de délivrer des passeports hongrois aux habitants, malgré le fait que la double nationalité est interdite en Ukraine. La vidéo a été ensuite diffusée le 19 septembre dernier sur le site de l’agence de presse nationale Ukrinform.

La scène se déroule visiblement à l’intérieur du consulat local de Hongrie. Elle montre des diplomates hongrois donnant pour consigne aux Ukrainiens de dissimuler aux autorités ukrainiennes l’obtention de la nationalité hongroise.

Dans cette même vidéo, nous pouvons entendre les Ukrainiens qui venaient de recevoir leur passeport hongrois flambant neuf, prêter le serment d’allégeance à un état étranger : « Je jure de considérer la Hongrie comme ma Patrie, d’être un citoyen loyal, de défendre et de servir la Hongrie ».

L’Ukraine se trouvait « obligée de réagir », comme l’a dit le ministre ukrainien des affaires étrangères Pavlo Klimkin. Elle a annoncé le 4 octobre l’expulsion du consul hongrois en raison d’« activités non-compatibles avec son statut » diplomatique. Budapest a aussitôt répondu en annonçant l’expulsion d’un consul ukrainien en Hongrie. Et voilà donc une nouvelle crise qui commence entre l’Ukraine et la Hongrie. Ce n’est pas la première.

Peu de temps auparavant, la Hongrie avait déjà provoqué l’inquiétude de l’Ukraine en décidant de nommer un ministre « chargé du développement de la région de la Transcarpatie ». Après de vives protestations de Kiev, qui considérait ce geste comme une atteinte à sa souveraineté, le ministre des affaires étrangères de la Hongrie avait décidé de changer l’intitulé du poste de son subordonné.

Une première crise entre l’Ukraine et la Hongrie s’était déjà produite au printemps 2014 lorsque s’exprimant devant le Parlement, Victor Orban avait exigé la double nationalité et l’autonomie pour les Hongrois de la région de la Transcarpatie.

Budapest ne cesse de prendre des initiatives pour défendre les droits de la minorité hongroise en Ukraine. L’Ukraine, de son côté, redoute cet activisme. Elle y voit une réplique de celui que la Russie déploie, sur d’autres fronts, pour défendre la minorité russe qui serait, à en croire Moscou, menacée en Ukraine. En Crimée, la Russie avait entrepris depuis plusieurs années, avant même l’annexion, de distribuer des passeports russes…

Kiev soupçonne le gouvernement nationaliste de Viktor Orban d’avoir distribué ces dernières années près de 100 000 passeports hongrois à la minorité hongroise de Transcarpatie. Et pour faire pression sur l’Ukraine, la Hongrie menace d’agir au sein de l’Union européenne pour entraver la coopération avec Kiev.

Hongrie et Ukraine : une querelle de passeports qui donne du grain à moudre au Kremlin

La détestable atmosphère qui règne dans les relations entre l’Ukraine et la Hongrie n’augure rien de bon, ni pour les deux États, ni pour l’Union Européenne. En revanche, cette ambiance ne peut que réjouir le Kremlin qui, à l’évidence, agit en sous main.

Depuis plusieurs mois, le consulat de Hongrie à Berehovo délivre des passeports aux Ukrainiens de la minorité hongroise de la région ukrainienne de Transcarpatie. La législation ukrainienne ne reconnaissant pas la double nationalité, la délivrance de passeports hongrois à des citoyens ukrainiens est indubitablement un encouragement au non respect de la loi. Mais, plus grave encore, cette remise de passeports est accompagnée d’un serment de fidélité à la Hongrie. Pour couronner le tout, verre de champagne à la main, il est recommandé de ne rien révéler aux autorités ukrainiennes. Des événements identiques se sont déroulés en Slovaquie, qui ne reconnaît pas non plus la double nationalité. Les autorités slovaques ont immédiatement réagi en prononçant, à l’endroit des intéressés, la déchéance de la nationalité slovaque.

L’Ukraine n’a pas adopté cette solution et a demandé le rappel du Consul hongrois de Berehovo, assorti d’une expulsion si un délai d’une semaine n’était pas respecté. En représailles, le gouvernement de Viktor Orban a expulsé le premier secrétaire de l’ambassade d’Ukraine à Budapest.

S’il est vrai que la Hongrie agit de la même façon avec les minorités hongroises de Roumanie et de Serbie, en Ukraine, la délivrance illégale de passeports rappelle les agissements russes en Crimée avant l’annexion. Peut-être subsistent aussi les souvenirs de l’annexion, en mars 1939, de la Transcarpatie par les Hongrois alors alliés de l’Allemagne nazie.

Afin de couper court à toutes justifications de ces agissements « pour protéger les Hongrois », le parti libéral hongrois rappelle que les agressions dont ont été victimes des membres de la minorité hongroise en Ukraine sont le fait de groupes de provocateurs pro-russes et non de « nationalistes ukrainiens ».